Votre corps a tendance à réagir avec des gaz ou des flatulences pour vous alerter. Ce sont des mécanismes que vous devez prendre en compte pour établir un diagnostic. Si vous n’avez pas les données nécessaires pour identifier les causes, la meilleure solution consiste à joindre votre médecin traitant même si ces symptômes sont parfois difficiles à évoquer.

Les aliments sont les principaux responsables

Votre organisme n’est pas forcément compatible avec tous les produits que vous ingurgitez, cela se traduit par des gaz intestinaux abondants souvent très handicapants surtout lorsque vous êtes en public.

  • Vous dégustez votre repas et il se retrouve dans votre oesophage puis votre estomac.
  • Ils débarquent ensuite dans les intestins et ils terminent leur existence sous la forme de selles.
  • Pendant ce parcours, les gaz ne se forment pas, mais c’est lorsque les aliments se retrouvent dans le côlon que les problèmes commencent.
  • Ces aliments ne peuvent pas être digérés et ils sont en contact avec les bactéries. Le mélange se traduit par ces gaz ou ces flatulences qui peuvent être très odorantes.
  • Vous n’êtes toutefois pas le seul, car les humains produisent près de 25 flatulences par jour en moyenne.
  • Si vous avez tendance à évaluer un chiffre supérieur, il est préférable d’identifier les aliments responsables.

Quels sont les aliments à bannir de votre quotidien ?

Contre les flatulences nauséabondes, la seule solution consiste à supprimer ces produits qui ne sont pas compatibles avec votre organisme. Vous avez donc le chou de Bruxelles et le chou-fleur, ils se retrouvent en première position au même titre que le haricot blanc. Les légumes ne sont pas les seuls à être problématiques, car les fruits sont aussi la cause de ces désagréments. Vous devez alors éviter les poires ainsi que les cerises qui sont déjà très caloriques. Il est formellement déconseillé de multiplier les aliments au cours d’une journée. Si vous mangez des choux de Bruxelles et des cerises en dessert, il y a de grandes chances pour que ce gaz malodorant envahisse le reste de votre journée.

Dans certains cas de figure, une intolérance peut aussi être problématique, c’est le cas pour le lactose et le gluten. Vous devez consulter un spécialiste, car il est le seul à pouvoir vous renseigner et surtout vous proposer un traitement. Si les résultats montrent une intolérance, vous devez malheureusement les évincer de votre quotidien. Il sera alors judicieux de trouver d’autres solutions par rapport au lait de vache qui est souvent la cause de maux de ventre. C’est aussi le cas pour les aliments très sucrés.

Comment se soigner ?

Les gaz intestinaux malodorants sont toujours très handicapants lorsque vous êtes en public. Un gastro-entérologue pourra vous aider surtout si la situation persiste depuis quelques semaines alors que vous avez supprimé tous les aliments responsables. Un interrogatoire sera alors proposé pour connaître vos habitudes et votre passé médical. Dans certains contextes, il est inutile de chercher des aliments, car ce sont les émotions négatives qui sont principalement responsables.

Le stress est généralement à l’origine de nombreux problèmes de santé et il n’est pas étranger à ces flatulences. En parallèle, les gaz peuvent aussi apparaître si vous avez été ciblé par une forte constipation puis une importante diarrhée. Votre organisme est alors déstabilisé et il est préférable de le traiter avec des médicaments qui améliorent la flore intestinale. N’oubliez pas de mastiquer votre repas, de prendre le temps d’uriner plusieurs fois par jour et d’aller à la selle régulièrement. Avec le stress au travail, de nombreuses personnes retardent ces moments, ce qui provoque des douleurs abdominales plus ou moins handicapantes.

Des spécialistes ont également apporté une astuce dans le cadre de leur étude sur les gaz et les flatulences. Ils ont constaté une nette amélioration avec la pratique d’une activité physique. N’hésitez pas à marcher 30 minutes par jour et à opter pour le vélo au moins deux fois par semaine.