Elle est répertoriée dans la catégorie des infections sexuellement transmissibles, il faut donc être vigilant si vous constatez l’apparition d’une verrue génitale. Plusieurs critères vous permettent de l’identifier aisément, il est donc judicieux de vous attarder sur les symptômes puisqu’elle est liée à un papillomavirus. Ce dernier n’est pas anodin, car il est en partie responsable du développement de certains cancers.

Quels sont les symptômes ?

Ces verrues génitales portent un nom assez simple à retenir puisqu’il s’agit de condylomes. Ce sont en réalité des lésions qui n’ont pas forcément des conséquences très graves sur votre santé, mais la vigilance est de mise. Si elles sont récurrentes et si elles occasionnent des douleurs considérables, il est préférable de consulter à nouveau un médecin pour qu’il puisse vous aider à déterminer le meilleur traitement.

  • Le responsable de ces verrues est bien connu puisqu’il s’agit du papillomavirus.
  • C’est une maladie sexuellement transmissible.
  • Les verrues se développent chez les femmes, mais également chez les hommes.
  • Vous devez avoir des rapports protégés pour éviter la propagation de ces condylomes.
  • Les récidives sont souvent au rendez-vous chez trois personnes sur dix.

Pour reconnaître une verrue vaginale, il est judicieux de l’observer peut-être avec une loupe, car il existe plusieurs types. Le premier est simple, car vous avez des macules rouges ou rosées. Lorsque des bourgeons commencent à apparaître, ce sont des acuminés et ils deviennent souvent très gris. Une nappe peut aussi se développe, elle a la même teinte que votre peau et il s’agit d’un condylome papuleux. Il est important de préciser que les premiers symptômes n’apparaissent pas immédiatement, il faut parfois attendre près de 8 mois.

La verrue touche également la gent masculine

La verrue génitale homme est quasiment identique, elle se développe soit au niveau du scrotum ou sur l’anus, voire le pénis. Les deux premières situations sont assez rares, mais elles existent tout de même, d’où l’intérêt d’apprendre à les connaître. Ces excroissances cutanées sont donc visibles au niveau du gland par exemple et elles n’entachent pas les relations sexuelles. Il faut toutefois un suivi médical, car un papillomavirus est l’un des acteurs principaux dans le développement d’un cancer par exemple. D’autres zones sont touchées chez les hommes comme la bouche, la gorge et le pubis.

Il est important de noter que les douleurs sont souvent absentes, mais vous n’êtes pas à l’abri d’irritations, voire de saignements et même de fortes démangeaisons. Ces trois désagréments ne concernent pas seulement les hommes, il y a également les femmes. De plus, la transmission s’effectue par voie sexuelle, mais également lors des échanges de vêtements, des produits de beauté…

Les traitements à envisager contre ces verrues

Si vous constatez une verrue pennée, il est nécessaire de consulter rapidement un professionnel de la santé. Vous devez dans un premier temps utiliser un préservatif pour limiter le plus possible la contamination, l’abstention est aussi conseillée. Contrairement aux idées reçues, ce sont des verrues, mais elles sont totalement différentes de celles visibles au niveau des mains ou des pieds par exemple. Il n’est donc pas nécessaire d’utiliser les mêmes traitements, car vous n’aurez pas le rendu souhaité.

Lorsque les traitements traditionnels n’ont pas des effets miraculeux, les médecins proposent des interventions chirurgicales afin de retirer les excroissances, mais il existe aussi le laser. L’électrocoagulation est aussi à envisager lorsque les lésions sont importantes. En fonction de la situation, elle est réalisée sous une anesthésie locale, voire générale. Enfin, la cryothérapie peut également porter ses fruits, mais l’utilisation de l’azote liquide demande la plus grande précaution et surtout un réel savoir-faire.

Si vos verrues sont récalcitrantes, la podophylline est souvent proposée par les médecins. Elle est vendue sous la forme d’une poudre, vous devez donc l’appliquer sur les excroissances avec un coton par exemple. Il est impératif de renouveler l’utilisation deux fois par jour pendant 4 semaines.