Comme c’est le cas pour les sécrétions, les femmes ont tendance à s’inquiéter à cause d’une odeur vaginale qui n’est pas forcément problématique. Elle a tendance à changer au cours du cycle et cela est expliqué par les hormones, les règles… Il faut toutefois connaître son corps à la perfection, cela vous permet par exemple de repérer rapidement une différence alarmante.

Les causes fréquentes pour cette odeur problématique

Le vagin est une zone sensible chez la femme, il peut donc être sujet à plusieurs infections, d’où l’intérêt de regarder les pertes. Lorsque ces dernières sont par exemple blanches et pâteuses, vous pouvez déceler une mycose. Une odeur qui n’est pas habituelle doit immédiatement vous interpeller, car une bactérie peut être la cause.

  • Cette odeur vagin est parfois provoquée par la Gardnerella vaginalis qui n’est pas problématique lorsque la présence n’est pas excessive.
  • Par contre, lorsque la bactérie se multiplie, elle entraîne une odeur très facile à déterminer, car elle se rapproche de celle du poisson comme celle obtenue avec des pertes jaunes.
  • En parallèle, certaines femmes ont une infection sexuelle transmissible qui peut aussi être la cause principale de cette odeur.
  • Le trichomonase est donc pointée du doigt, mais sachez qu’un tel parasite peut être soigné si le diagnostic est effectué dans les temps.
  • D’autres facteurs doivent être pris en compte pour évaluer la gravité de la situation, c’est le cas pour les douleurs dans le bas du ventre.
  • Les rougeurs, les brûlures et les démangeaisons sont aussi des indicateurs primordiaux.
  • Comme nous l’avons précisé, les pertes vaginales doivent être au coeur de votre attention.

La situation peut rapidement s’aggraver

Une hygiène excessive ou très mauvaise peut être la cause de ce problème, car le vagin doit être stabilisé en termes de bactéries. Lorsqu’il est bouleversé par le stress par exemple, il manifeste un changement à travers les sécrétions et ces odeurs. Si vous n’accordez pas une attention particulière à votre corps, des complications peuvent être au rendez-vous, car les bactéries évoluent et se multiplient. D’autres infections sont susceptibles de se développer et la liste est particulièrement longue, il est alors impossible de les évoquer toutes. Par exemple, la trichomonase ne doit pas être prise à la légère, car elle aurait tendance selon les professionnels de la santé à augmenter le risque de développer le Sida.

Cette odeur vaginale qui apparaissait comme anodine peut donc devenir très grave pour votre santé. Pendant une grossesse, la situation est aussi dangereuse, car une bactérie bouleverse à nouveau votre organisme. Vous n’êtes donc pas à l’abri d’un accouchement prématuré.

Consultez rapidement un médecin

Pour mettre un terme à cette mauvaise odeur vaginale, vous devez impérativement consulter un médecin généraliste ou un gynécologue. Il effectuera dans la plupart des cas des prélèvements pour identifier la bactérie et le type d’infection. Un traitement antibiotique est généralement proposé et la posologie dépend essentiellement de la gravité de la situation.

Les spécialistes estiment que ces médicaments sont efficaces dans près de 80 % des cas, vous pouvez donc rapidement retrouver une flore vaginale normale. En quelques jours seulement, vous constaterez une nette amélioration. Toutefois, la vigilance est de mise, car au cours de la prochaine année, il y a 66 % de risques d’avoir une récidive contre 30 % dans les six mois. Comme c’est le cas pour la flore intestinale, il faut prendre des probiotiques pour rééquilibrer celle du vagin.

Une précaution supplémentaire est à prendre surtout si vous avez des rapports sexuels non protégés alors que la trichomonase est à l’origine de cette mauvaise odeur. La consultation médicale sera alors indispensable pour votre partenaire masculin qui devra lui aussi obtenir des antibiotiques avec une posologie sur mesure. Enfin, adoptez les bonnes bases pour votre hygiène intime, mais elle ne doit pas être excessive. Préconisez un savon et oubliez toutes les lingettes, les déodorants, les protège-slips qui ne doivent pas être portés en continue.