Lorsque les patients sont la cible de spasmes et de crampes, ils doivent consulter rapidement un médecin. Il y a toujours une cause qui n’est peut-être pas liée à la maladie de Charcot, mais il est préférable de lever le doute. En effet, cette faiblesse musculaire est l’une des caractéristiques de ce problème de santé qui évolue au fil des années. Toutefois, vous constaterez grâce à nos informations que cette maladie est mystérieuse puisque les causes n’ont pas été identifiées, les médecins connaissent les évolutions possibles ainsi que les symptômes, mais ils sont muets face aux origines.

Quels sont les symptômes ?

Si certaines maladies se manifestent via un ou deux symptômes très spécifiques, ce n’est pas le cas de celle-ci. La liste est assez longue, ce qui rend le diagnostic relativement difficile. Les médecins doivent donc étudier toutes les pistes avant de se prononcer.

  • La faiblesse musculaire est sans doute la plus importante et elle se situe au niveau des extrémités et notamment les pieds.
  • Les patients ont parfois des difficultés pour s’exprimer, mastiquer et même avaler.
  • La fatigue prend de l’ampleur au fil des jours au même titre que l’amaigrissement.
  • Des troubles du sommeil sont possibles et c’est aussi le cas pour la constipation.
  • Les muscles sont tendance à se paralyser, ce qui peut entraîner une difficulté respiratoire.
  • Dans 50 % des cas, les patients sont même atteints par des troubles cognitifs.
  • Des problèmes d’organisation sont identifiés.

La maladie de Charcot est assez présente en France, car près de 1000 nouveaux cas sont référencés tous les ans. Cela représente près de 1.5 diagnostic pour 100 000 habitants.

consultation medecin maladie de charcot

Les causes ainsi que les évolutions de la maladie

Les professionnels de la santé n’ont pas encore percé le mystère de toutes les maladies, car certaines comme celle-ci restent difficiles à cerner. La médecine n’a donc pas identifié les causes, car il est impossible de trouver son origine dans près de 9 cas sur 10. Il y a toutefois un facteur génétique pour cette maladie, mais tous les patients ne sont pas concernés, seuls 10 % se retrouvent dans cette situation. Les médecins ont également tendance à spécifier qu’il existe des facteurs de risque comme l’âge et le sexe, car les hommes semblent être davantage touchés que la gent féminine.

Plusieurs pistes ont été au coeur des investigations depuis ces dernières décennies, mais les résultats ne sont pas ceux escomptés. Les professionnels ont envisagé une maladie auto-immune, un déséquilibre… Aujourd’hui, la maladie de Charcot est très mal cernée, ce qui explique les évolutions problématiques.

  • Lorsque les premiers symptômes apparaissent, vous ressentez une faiblesse musculaire.
  • Les mains ainsi que les jambes sont les zones touchées principalement.
  • La maladie se propage ensuite à la langue et à la bouche, ce qui explique les difficultés pour se pouvoir et des problèmes de dextérité.
  • Certains patients n’arrivent plus à respirer lors du stade le plus avancé.

Comment différencier cette maladie des autres ?

maladie de charcot - etude

Pour savoir si vous êtes atteint par la maladie de Charcot, les médecins effectuent une étude du sang pour identifier des marqueurs. Ces derniers sont importants, car les symptômes lorsque la maladie apparaît ne sont pas très significatifs. Vous avez certes une faiblesse au niveau des membres, mais elle ne résulte pas toujours de cette maladie de Charcot. Lorsque les marqueurs ont été repérés, ces résultats seront couplés à ces raideurs ressenties dans les muscles, les spasmes et les crampes pour que le diagnostic soit définitif.

Des médecins réalisent également un électromyogramme qui se focalise sur l’activité musculaire. Pour identifier d’éventuels problèmes pour la moelle épinière et le cerveau, une IRM est effectuée. Il n’existe donc pas un examen clinique qui permet de valider à lui seul la présence de cette maladie de Charcot, c’est en couplant toutes les informations qu’il est possible de renseigner les patients. En effet, ces symptômes sont communs à d’autres maladies, mais des analyses de sang sont parfois nécessaires.